Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 08:11

/!\ Attention spoilers ! Il s'agit du 20ème tome des aventures d'Anita Blake. Il sera fait mention des moments clés de l'intrigue de ce tome. Vous êtes prévenus ! /!\

 

http://media.mightyape.net.nz/images/products/10337369/Hit-List-Anita-Blake-20-UK-Ed-3680719-5.jpegQuatrième de couverture : Mon nom est Anita Blake. Les vampires m'appellent l'Exécutrice. Donc, quand une série de meurtres macabres et spectaculaires se déroule au nord-ouest de la côte Pacifique, la police locale m'appelle moi et mon collègue US Marshall Ted Forrester pour traquer ce tueur en série qui doit être, et ils en sont convaincus, un "monstre".

 

Mais je sais que certaines monstres sont bien réels. Harlequin a été le croque-mitaine du monde vampirique depuis plus de mille ans ; ils sont un secret si sombre que même mentionner leur nom peut vous faire gagner une sentence de mort. Maintenant, ils sont ici, aux Etats-Unis, chassant les tigres-garous et la police. Et moi.

 

Harlequin sert la Mère de toute l'Obscurité, le premier vampire. Elle était censée être morte, mais seul son corps a été détruit. Maintenant, la Sombre Maman est de retour, déterminée à tuer Edward et à me posséder. Et elle ne se soucie pas des cadavres qu'elle pourrait laisser sur son chemin.

 

(Traduction faite par mes soins)

 

Avis : Petite info : j'ai terminé le livre depuis quelques jours maintenant et j'écris mon avis un peu à froid, après réflexions et relecture de certains passages. Il est possible que je dise des choses sensiblement différentes par rapport aux réactions à chaud que j'ai faites sur le forum ABFA.

 

Les Anita Blake, ça a été un véritable coup de foudre à l'époque, quand j'avais dégoté le 3ème tome dans les rayons de mon supermarché. Le tome 4 est sorti peu après, me permettant d'enchainer directement les aventures d'Anita. Puis ensuite, j'ai lu le 1er et le 2ème tome. Et voilà, l'aventure Anita avait commencé pour moi. Je ne saurais dire pourquoi j'avais décidé de prendre "Le cirque des damnés" à l'époque. Pourtant, le "une aventure d'Anita Blake, chasseuse de vampire" ne m'inspirait pas confiance et me faisait penser furieusement à Buffy. Pourtant, je l'ai acheté et je continue à les lire. Et je dois dire que cette série m'a donné d'excellents moments de lecture comme de très grandes déceptions. Plus on a aimé, plus la chute est dure. Et autant, j'ai adoré les 9 premiers tomes, ai accepté le changement de cap du tome 10, puis ai déchanté à partir du tome 13 pour être de plus en plus déçue et par les personnages et par l'histoire malgré quelques rebonds (Skin Trade). Je ne vais pas épiloguer plus longuement sur les Anita et ma relation avec la série car 1/ cela va vous faire chier, 2/ cela risque de prendre des pages et des pages.

 

Je ne vais pas représenter les personnages principaux ni faire un résumé des précédents livres car je pars du principe que vous suivez la série si vous lisez cet avis. Sinon, je vais vous laisser vous noyer sous les noms des personnages comme une sadique (je plaisante, n'hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez une question concernant les Anita Blake). Et d'ailleurs, n'écoutez pas ce que dit Laurell, on ne peut pas prendre en cours de route la série des Anita Blake maintenant. C'était possible dans les premiers tomes, mais commencer avec le tome 10 ou même 20, impossible, vous n'allez rien comprendre.

 

Les Anita Blake, c'est une histoire d'amour fou qui tourne peu à peu en lassitude. Cela fait un moment que je les lis et j'ai sans nul doute évolué dans ma façon de lire. Mes goûts et mes attentes ont aussi évolué et je sens que je suis de plus en plus exigeante dans mes lectures. Depuis le tome 13, qui est la goutte d'eau qui a failli faire déborder le vase, les tomes peinent à retrouver le souffle du début : intrigues très légères, débauche de scènes de sexe au détriment de l'intrigue, personnages en surnombre et pas forcément très intéressants, accumulation de pouvoirs pour Anita jusqu'à ce que ça en devienne presque ridicule... Bref, je m'arrête là sinon j'en aurais pour des heures.

 

Autant dire qu'après Skin Trade, qui, malgré sa fin pitoyable, avait presque renoué avec la flamme des débuts avec une bonne intrigue policière avec en plus le retour d'Edward, personnage oh combien apprécié de beaucoup ; après Bullet qui renouait avec le summum du vide et des scènes de fesses en pagaille au détriment de l'intrigue, j'attendais beaucoup de Hit List. Je partais dans l'idée de ça passe ou ça casse. Le livre de la dernière chance. Et bien que ce tome soit passé  (Je l'ai lu d'une traite sans faire de pause contrairement à Bullet), j'ai vraiment peur de la suite et il a de trop nombreux défauts.

 

Souvenez vous, dans le précédent tome, the Mother of all Darkness (MOAD pour aller plus vite) avait violement pété le cul au conseil vampirique après sa supposée mort. Quand à Harlequin, la moitié s'est alliée avec elle étant donné qu'à la base, the Harlequin était sa garde personnelle. Autant dire que ça partait pas très bien pour Anita et sa clique, malgré le fait que certains membres de Harlequin l'aide, notamment pour la rapprocher des tigres-garous dorés qui font peur à MOAD au point que Harlequin (les gentils) a caché leur existance aux yeux de MOAD pendant des siècles. Au début de Hit List, nous retrouvons Anita et Edward sur une scène de crime et pour une fois, ils savent ce qu'est la victime, qui l'a tué et pourquoi. La victime est un tigre-garou, tué par Harlequin (les méchants) sur les ordres de MOAD. Le problème est qu'ils ne peuvent pas le dire à la police car cela équivaudrait à leur mettre une cible dans le dos pour que Harlequin (les méchants toujours) viennent les dégommer (mais oui, à cause de la règle qu'il ne faut pas prononcer leur nom. Oui, comme Voldemort). Déjà là, je me suis dit que c'était un peu con et que même sans dire le nom de Harlequin, ils auraient pu au moins prévenir les flics pour qu'ils sachent à quoi ils avaient affaire. Mais non, ils ne disent rien. Par contre, Edward soulève un point intéressant : et si le but de MOAD n'était pas l'élimination des tigres-garous mais de garder Anita suffisamment éloignée de chez elle et de sa base de pouvoir pour la capturer ? (On note qu'Edward a un cerveau et sait l'utiliser)

 

Le souci de cette intrigue policière, c'est qu'on sait déjà qui est le coupable et pourquoi dès le début du livre. Du coup, l'intrigue policière n'a plus grand intérêt et est même le plus souvent au point mort. L'histoire n'avance que peu, sauf quand Harlequin décide que c'est décidément trop lent et qu'ils se pointent faire les bad guy. Anita et Edward enquêtent certes sur ces meurtres mais ne font pas grand chose pour avancer alors qu'ils ont une bonne longueur d'avance sur les autres marshalls et la police. Ils cherchent à peine où pourrait se planquer Harlequin (sauf avec quelques tentatives timides comme l'utilisation de Bobby Lee comme garou limier, tentative qui se solde par un échec et qui arrive bien tard dans le livre). L'histoire avance uniquement quand Harlequin se décide à agir, mais attention, toujours sans blesser Anita. Déjà qu'on commençait à ne plus avoir peur pour elle, mais du coup, quand on apprend qu'ils la veulent vivante, on perd tout suspens. Bref, au final, quand on fait un résumé des évènements, on se rend compte qu'Anita et Edward ont plus subi que poursuivi Harlequin. Certes, cela donne lieu a des scènes d'actions pendant le livre, mais au final, heureusement que Harlequin s'est réveillé à ces moments là, sinon on y serait encore.

 

En parlant d'Harlequin, mis à part les meurtres, je les trouve un peu timorés et pas très efficaces. C'est donc ça qui fout la trouille aux vampires même les plus badass? Ben franchement, je ne les trouve pas si terrifiants que ça. Certes, ils sont rapides et plus forts que la moyenne (côté loup-garou) mais franchement, ils pourraient mieux utiliser leur cervelle et leurs forces ! En réfléchissant un peu, ils auraient pu chopper Anita seule pleins de fois et auraient même pu se débarasser de ses gardes sans aucun souci. Je les avais déjà pas trouvé très terrifiants lors de leurs premières apparitions et ils ne font rien pour me détromper. Bon, vous connaissez mon amour imodéré pour les bad guy et l'importance que je leur accorde. Là, franchement, j'ai vu beaucoup mieux ! Cependant, un bon point quand même pour eux car ils sont à l'origine d'une des seules scènes bien réussies du livre, la scène où Edward et Anita sont bloqués sur la route avec la forêt autour et des membres garous d'Harlequin dans les bois jouant au chat et à la souris alors que le soleil va se coucher : une très bonne scène avec une petite touche film d'horreur.

 

L'intrigue est donc pas très développée mais qu'en est-il des personnages? On s'était bien rendu compte dans le précédent tome qu'il y avait dix fois trop de monde à Saint-Louis et que le ménage n'était toujours pas à l'ordre du jour. Il va quand même falloir se décider à un moment Laurell car là, c'est juste plus possible. Nous nous retrouvons ici (avec bonheur) avec un casting réduit. Anita (of course), Edward, Olaf et Bernardo pour les plus connus. Nicky, Lisandro, Bobby Lee et quelques gardes pour les noms aperçus au fil des tomes. Ah on revoie aussi Alex, un tigre-garou rouge, mais j'avoue que j'avais COMPLETEMENT oublié son existence avant de le revoir dans ce tome, et encore, je me suis demandé qui c'était (heureusement qu'il y a une explication de qui il est et d'ailleurs, il ne sert à rien dans ce tome).

 

Commençons par Edward. Qui dit Edward dit souvent tome de qualité. Et force est de constater qu'il porte une bonne partie du bouquin sur les épaules. Cela reste un des personnages les plus intéressants et ayant gardé intact (ou presque) sa personnalité (Et oui, Richard, le dernier résistant, s'est fait lobotomiser dans le tome précédent, il est donc devenu un adorateur d'Anita qui couche avec tout ce qui bouge). J'aime le côté skizophrène du personnage avec sa personnalité de tueur implacable (Edward) et sa personnalité pour les gens normaux (Ted Forrester). Petit plus du livre, nous apprenons son véritable nom. Cependant, j'ai eu des frayeurs dans le livre. car décidément, je le trouve un peu trop "pratical" avec Anita. Quand ils vont dormir ensemble et qu'Anita évoque la possibilité que l'ardeur se réveille, Edward répond, placide, qu'ils "dealt with it" (qu'ils feront avec). Là, j'ai eu peur... Parce que NON Edward et Anita qui couchent ensemble, JAMAIS DE LA VIE ! Edward, c'est sacré, on ne touche pas. C'est comme coucher avec son frère jumeau. Et pourtant, j'ai l'impression que leur relation est de plus en plus borderline, comme si Edward se posait LA question : et si moi aussi je couchais avec elle? Mince, c'est le seul mâle qui n'avait aucun intérêt sexuel envers Anita (jusque là?) et c'était très bien comme ça. Il prenait plus ou moins bien ses déboires sexuels et métaphysiques (et franchement, c'est pas à n'importe qui que tu peux raconter que t'es une succube et que tu couches avec la moitié de la planète et que cette personne se fasse à l'idée). J'ai eu la trouille pendant tout le livre qu'ils finissent par coucher ensemble, la faute à l'ardeur et au "oups, faut que je nourrisse l'ardeur, vite couchons ensemble ! Au fait, ton prénom c'est quoi?" Si jamais Anita venait à coucher avec Edward, j'arrêterais la série directement.

 

Passons à Anita. Et pour une fois, merci Laurell, l'ardeur s'est tenu tranquille. Hallelujah !! C'est tellement rare qu'il faut le noter. Et oui, je le note en premier car l'ardeur est tellement (trop) important dans les derniers tomes qu'on a l'impression qu'Anita n'est réduite qu'à ça. Bon par contre, moi j'aime Anita avec ses défauts. Le fait qu'elle soit petite, mignonne mais sans plus. Là, et merci à Bellalouve sur ABFA de me l'avoir rappelé, mais Anita c'est devenue une bombe trop belle, trop mignonne, trop fragile qui fait craquer tous les hommes. Et c'est chiant au bout d'un moment. Mince, y a pas un gars qui veut lui dire qu'elle n'est pas son type, qu'elle est moche ? Et évidemment, elle a réussi à faire craquer directement un type dans ce tome. En plus, coup de chance, il s'agit d'un tigre qui a une facette dorée cachée ! Ils sont formidables ces tigres qui peuvent prendre plusieurs couleurs. Et ooooh le pauvre petit bichon est tout traumatisé car il est rejeté par les méchants tigres rouges car il n'est pas pur sang (comme les chevaux) ! Le pauvre malheureux, de son petit nom Ethan, va comme d'habitude craquer pour Anita au point que ce gentil tigrou se dévoue pour coucher avec Anita pour nourrir l'ardeur et la faire guérir plus vite. Quelle dévotion ! Franchement... franchement... Y en a marre qu'elle fasse craquer tous les hommes qu'elle regarde ne serait-ce que cinq secondes. Et en plus, oh joie, il va venir à Saint-Louis ! C'est vrai qu'il n'y a personne là-bas... Le pauvre, faut le prévenir qu'il va devoir faire la queue et prendre un ticket pour pouvoir coucher avec Anita. En plus, c'est pas parce qu'il a une grosse bite qu'il va faire la différence (ben oui, ils ont tous des grosses bites dans les Anita Blake, même les petits ! Hein Micah !). Evidemment, autre truc qu'on apprend, c'est que même si l'ardeur se tient tranquille, si elle ne la nourrit pas régulièrement alors quand elle se blesse alors elle guérit beaucoup moins vite et surtout moins bien. C'est t'y donc pas pratique ça ! "Non mais faut encore plus que je couche avec tout ce qui bouge parce que sinon, je ne guéris pas bien ! *battement de cils*. Pour finir, le truc qui m'a saoulé à la fin du livre : comment Anita se dépètre des bad guy. Elle est enfermée par les bad guys, seule avec Lisandro qui se fait torturer, c'est la merde et on se demande comment elle va s'en tirer. Bah facile... Le méchant loup-garou va la renifler et l'ardeur va faire son boulot car the super ardeur donne l'impression qu'Anita est "the home". Ah c'est sûr que sa maison à Anita c'est portes ouvertes tout le temps, vu le monde qui rentre dedans... (Déjà dit sur ABFA mais j'ai pas pu m'empêcher de le redire, désolée !). Du coup, elle se retrouve d'un coup avec des alliés garous qui l'aident à se barrer et même à buter d'autres membres de Harlequin, le tout en deux secondes chrono... Ou comment gâcher une situation tendue et critique pour en faire n'importe quoi. Pour une fois, Anita aurait pu se faire sauver par Edward et compagnie. Et ben non... Tout devient trop facile pour Anita, on n'a même plus peur pour elle, rien. On sait quel va s'en sortir et toujours par le moyen le plus invraisemblable possible.

 

Pour les autres personnages, je dois dire que je suis ravie d'avoir revu Olaf. C'est un des seuls personnages qui a un vrai charisme et une personnalité marquée avec Edward. Il est flippant (il devrait donner des cours à Harlequin), on ne sait jamais comment il va réagir (surtout après la scène où Anita lui casse le poignet), toutes les scènes avec lui sont emplies de tension. Je trouve dommage qu'au final, il ne serve pas à grand chose dans ce tome. Il arrive déjà assez tard et en plus, il ne participe presque pas à l'action. Par contre, je suis très fan du final qui lui a été accordé. Olaf en lion-garou, ça le fait carrément. Déjà qu'en humain il était terrifiant, mais savoir qu'il va maintenant falloir compter avec son côté poilu, c'est savoureux. J'aimerais beaucoup qu'il fasse un adversaire de poids dans le futur, mais c'est impossible pour deux choses :

 

1/ Anita est tellement surbourrin qu'elle le dégommerait en baillant.

2/ De toute façon, elle n'aurait qu'à cligner des yeux et il ramperait à ses pieds pour la supplier de coucher avec lui.

3/ Je ne veux pas qu'il finisse de façon aussi pitoyable que les méchants de cette série ! (cf plus bas dans mon avis, je garde le pire pour la fin)

 

A côté d'Edward et d'Olaf, force est de constater qu'il n'y a pas vraiment de personnages qui se distinguent vraiment. Même Bernardo est assez effacé malgré les dialogues qu'il a avec Anita. J'ai été tout de même contente de revoir Nicky le lion-garou. Je le trouve toujours intéressant et encore plus après avoir appris qu'il connaissait Olaf de réputation (et réciproquement). Cependant, comme les autres gardes du corps, il sert à rien. Seul Lisandro a droit à une apparition plus importante (fallait bien qu'un gus se fasse torturer par Harlequin pour qu'ils prouvent qu'ils sont les méchants). Domino aussi sert à rien, sauf à la fin (cf toujours plus bas, le pire est toujours pour la fin). Les marshalls sont assez intéressants, notamment la petite Karlson, sorte de version jeune et inexpérimentée d'Anita, mais je trouve au final que c'est sous-exploité. Par contre, le marshall sexiste qui aime pas Anita, ça c'est pas sous-exploité. ce n'est pas du même niveau que Skin Trade qui était le summum de la connerie policière (Vous couchez avec les vampires alors vous couchez avec le méchant vampire ! Ah?) mais c'en était pas loin et c'est chiant. Ah et on avait vraiment pas besoin de revoir Haven en rêve : LE personnage dont tout le monde se fout (j'ai personnellement été ravie de sa mort). Il est mort, c'est super cool alors stop au pseudo traumatisme, Anita car soit-disant tu tenais à lui. C'est faux et c'est bien fait pour sa gueule si il est mort.

 

Enfin, pour finir, je ne peux pas me taire sur la fin IMMONDE que Laurell nous a fait pour ce tome. Oui, IMMONDE et encore, je me trouve gentille (Merdique, ça conviendrait mieux). Mais quelle est donc cette fin si immonde allez vous me dire? Facile : MOAD meurt. Oui, oui, elle meurt. Pour de vrai. Totalement. C'est pas une blague. Le grand méchant bad guy dont l'ombre planait sur Anita et sa clique depuis plusieurs tomes est mort. Vous allez me demander, mais comment? Y a eu de la baston? Des morts? Du sang? Un cratère de 2 kilomètres de rayon suite à la bataille? Ben rien de tout ça... Anita l'a absorbé elle et ses pouvoirs en elle. Avec l'aide (je me demande encore comment ils ont vraiment aidé) de Domino et d'Ethan qui réunissent toutes les couleurs du tigre arc-en-ciel en eux. Oui, oui, c'est tout. Genre MOAD a choppé Anita, a voulu la posséder et s'est fait mangé comme on mange son quatre-heure.

 

Oui, c'est pitoyable... PITOYABLE ! MERDIQUE ! POURRI ! MOISI ! DE LA DAUBE ! On ne fait pas crever un grand méchant comme ça, comme une pauvre bouse... Moi qui aime les bad guy et qui aimait MOAD, ça me met en rogne... Et en plus au passage, Anita a récupéré les pouvoirs de MOAD ! C'est pas comme si elle en avait pas déjà une tartine ! Du coup, là, je ne vois pas qui pourrait être à la hauteur d'Anita...

 

J'arrête ici car je risque sinon de ressasser les mêmes choses et vous avez compris l'essentiel. Heureusement qu'Edward et Olaf sont là pour rattraper ce tome (et la scène dans les bois avec Edward et ses joujous !). La fin est ridicule et me reste encore en travers de la gorge et c'est d'autant plus frustrant que Laurell nous fait de bonnes scènes avec de bonnes idées et qu'à côté, elle fasse n'importe quoi. Je pensais au début qu'Ethan était un traitre, ça aurait amené un peu de piment, mais en fait non... La Fée était déçue... Bref, je ne sais pas encore si je lirais la suite (me connaissant, je vais céder à la curiosité) mais va falloir que Laurell songe sérieusement à conclure sa série car on en vient à devoir chercher les points positifs dans ces livres...

logo-vs&abfa2

Partager cet article

Repost 0
Published by Fée - dans Fée lectrice
commenter cet article

commentaires

Xéléniel 23/08/2011 18:41


T'as du courage, j'ai arrêté avant le tome de Micah. ^^


Fée 11/09/2011 13:40



Et tu as bien fait ! Car on ne peut pas dire que les tomes suivants soient d'une qualité à toute épreuve ! C'est drôle, c'est une série que j'ai recommandé à un tas de gens mais maintenant, je ne
le ferais plus. Je n'aimerais pas être à l'origine d'une déception aussi grande que la mienne.


 


De toute façon, il est fort possible que ce tome-ci soit le dernier pour moi, je vais attendre d'avoir plus d'informations sur le prochain tome, mais je crois bien que les Anita Blake, c'est
terminé pour moi... (Je vais aussi attendre les avis sur le prochains tomes de Némésis et Tan pour me décider à le lire ou pas. En tout cas, ça ne sera sûrement pas Day One comme pour les autres
tomes)


 


(Et désolée pour les réponses aux commentaires aussi tardives, vacances, boulot, toussa toussa :p)



Némésis 13/06/2011 18:00



Et pourtant si prometteur...



Fée 14/06/2011 11:38



C'est ça le pire. A chaque fois, tu te dis que ça va être bien, que l'intrigue va tenir la route et au final, elle ne décolle pas soit à cause des orgies qui prennent toute la place dans le
livre, soit (quand il n'y a pas d'orgie) à cause des blabla insipides qui brassent du vent.



Bouilloire 13/06/2011 17:52



"C'est comme coucher avec son frère jumeau."
Un Lannister ne serait pas d'accord avec ça :D

Bon je crois que ce tome fait l'unanimité dans notre petit trio. C'est un magnifique raté.



Fée 13/06/2011 18:03



Ouais, mais les Lannister, c'est autre chose ! (ils pourraient donner des cours de machiavélisme à Harlequin et aux bad guy de Laurell en général...)


 


Je vois ça aussi, même avis sur ce tome. C'est fou de voir que le tome est si court et pourtant rempli de... rien.



Némésis 13/06/2011 17:49



Hilarant ton passage sur les bites des hommes d'Anita, lol!


 


Pour le méchant, qu'on rescusite Dark Vador!!


 


Au final, elle aurait pu s'en sortir avec les bisounours, pas besoin des tigres.



Fée 13/06/2011 17:59



Carrément d'accord ! A quoi ils servaient vraiment ces tigres? (à part à coucher avec Anita?)



La Fée

  • : Once upon a Fairy...
  • Once upon a Fairy...
  • : La Fée lit, regarde, joue et commente le tout.
  • Contact

Recherche

Y A Quoi Chez La Fée ?