Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 15:24

Pour mon retour en fanfare sur mon blog et les chroniques, j’ai choisi de faire une petite review d’un des derniers jeux auxquels j’ai joué : Zero Escape : Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors sur Nintendo DS.

 

cover large 

 

Un petit avertissement avant tout : c’est un jeu presque exclusivement axé sur la narration où le gameplay est plus accessoire qu’autre chose. Ce n’est donc pas un jeu qui peut plaire à tout le monde et il faut bien savoir où l’on met les pieds avant de se lancer.

 

 

L’histoire, c’est quoi?

On incarne Junpei, jeune homme de 21 ans, qui se réveille dans la cabine d’un navire en train de couler. En panique et ne sachant pas ce qu’il fait là, il réussit à sortir de sa cabine en résolvant une énigme. Après avoir erré dans les couloirs du bateau, il finit par trouver 8 autres personnes, toutes aussi déboussolées que lui. Où sont-ils? Que font-ils ici? Et quels sont ces étranges bracelets accrochés à leurs poignets affichant des chiffres allant de 1 à 9? Alors qu'ils s'interrogent, une voix résonne dans le bateau. 

 

La voix appartient à « Zero » qui leur explique qu’il a amené ces 9 personnes ici pour participer au « Nonary Game ». En combinant les chiffres de leurs bracelets pour ouvrir des portes numérotées et en résolvant des énigmes, ils vont devoir trouver la porte 9 pour pouvoir sortir du navire. Pour cela, ils ont 9 heures…

 

L’avis de la Fée, c’est quoi?

Comme mon avertissement l’indique, ce jeu est lourdement axé sur la narration, l’histoire, ses mystères et ses personnages. Le gameplay ici est secondaire et basé sur des choix à faire et des énigmes à résoudre pour pouvoir avancer dans l’histoire. Les graphismes et les animations des personnages sont bien travaillés et compensent pour des environnements un peu moins inspirés. Cependant, l’emphase du jeu est mise sur l’histoire et c’est là où il brille. Je ne rentrerai dans aucun détail mais les mystères sont nombreux, les participants involontaires du Nonary Game ne sont pas ce qu’ils semblent être et tout ceci va rapidement partir en cacahuète (pour notre plus grand plaisir!).

999 

Les 9 participants au Nonary Game

 

En fonction de nos choix, on peut obtenir différentes fins qui donnent plus ou moins d’explications sur ce qui se passe sur ce navire et sur le pourquoi de ce Nonary Game. Faire plusieurs fins est indispensable pour découvrir tous les mystères qui entourent le jeu et les personnages et, surtout, la véritable fin n’est accessible qu’après avoir terminé au moins une fois le jeu (d’une certaine manière). Refaire les fins est en plus encouragé et simplifié une fois que l'on a terminé au moins une fois le jeu. On peut accélérer les dialogues que l’on a déjà fait, ce qui nous permet de gagner du temps (et pas qu’un peu!) et d’arriver plus rapidement aux choix et dialogues que nous n’avions pas encore fait. Cela peut paraitre une hérésie, mais quand cela fait 3 fois que tu recommences le jeu pour découvrir une nouvelle fin, tu es bien content de pouvoir skipper les longs dialogues que tu as déjà lu pour la 3ème fois (surtout ceux du tout début du jeu).

Comme dit plus haut, l’autre composante du jeu, c’est les puzzles à résoudre. Derrière chaque porte numérotée se trouve un puzzle que les participants doivent résoudre pour ouvrir d’autres portes permettant de découvrir de nouvelles portes numérotées jusqu’à atteindre la fameuse porte 9. La plupart de ces puzzles sont complexes et intéressants mais certains sont clairement un peu tirés par les cheveux et/ou peu clairs (deux en particulier m’ont bien cassé les pieds).

Personnellement, j’aime beaucoup ce genre de jeu très narratif axé sur l’histoire et la découverte des personnages surtout quand le genre est parfaitement assumé comme ici. L’histoire est très bien écrite, laisse tout de même le joueur réfléchir et faire ses propres conclusions sans le prendre par la main, ce qui est très appréciable. Les différentes fins sont très sympas à explorer et nous permettent de reconstruire la véritable histoire au fur et à mesure. certaines sont indispensables, d'autres plus accessoires et on est heureux d'avoir enfin le fin mot de l'histoire avec la "true End" qui nous donne toutes les réponses, malgré le petit twist « What the fuck! » de la fin. On va dire que c’est la petite touche de mystère pour nous donner envie de jouer à la suite.

Car oui, il y a une suite! Zero Escape : Virtue’s Last Reward est sortie sur PS Vita et remet en scène un nouveau Nonary Game. J’ai commencé à jouer à cette suite et l’histoire semble TRÈS prometteuse! Les puzzles ont aussi l’air d’être beaucoup plus corsés (de ce que j’en ai vu).

Pour conclure, ce jeu se déguste comme un bon thriller. Les multiples fins sont vraiment chouettes à faire (la True End!) et les puzzles sont pour la plupart complexes sans être pénibles. A faire pour ceux qui aiment les jeux vraiment axés sur la narration et qui s’assument comme tels.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fée - dans Fée gameuse
commenter cet article

commentaires

Tan 21/02/2014 07:06


Depuis le temps qu'on me parle de Virtue's Last Reward. Bon, ça y est, il est commandé. Et comme je ne connaissais pas celui-là, ben pareil. Merci pour ton avis :)

Fée 24/02/2014 16:26



Ravie de voir que je t'ai donné envie! :)


C'est difficile de se sortir du jeu quand on a envie d'avoir le fin mot de l'histoire! En prenant le temps de faire toutes les vies, la durée de vie est en plus assez conséquente. Et puis, c'est
le genre de jeu qui est parfaitement adapté aux consoles portales (que ce soit DS, 3DS ou PS Vita :))



La Fée

  • : Once upon a Fairy...
  • Once upon a Fairy...
  • : La Fée lit, regarde, joue et commente le tout.
  • Contact

Recherche

Y A Quoi Chez La Fée ?